Programme pour une maternité sans danger (PMSD)

Propriétés physiques pertinentes 1 2

Mise à jour : 2006-06-28

État physique : Liquide
Tension de vapeur : 720 mm de Hg    (96,0 kPa) à 20 °C
Point d'ébullition : 21,15 °C
Solubilité dans l'eau : Réagit avec l'eau en formant de l'acide nitreux et de l'acide nitrique
Coefficient de partage (eau/huile) : Sans objet 
Masse moléculaire : 46,01

Voies d'absorption

Mise à jour : 2006-06-21

Voies respiratoires : Absorbé
Voies digestives : Aucune donnée
Percutanée : Aucune donnée

Effets sur le développement 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17

Mise à jour : 2006-06-22

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet prénatal.
  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet postnatal.

Placenta

Tabakova et Balabaeva (1986) ont rapporté que l’inhalation de dioxyde d'azote par le rat (0, 0,1 et 10 mg/m³; 6 h/j pendant toute la gestation) peut augmenter la peroxydation lipidique dans le placenta. Ils ont observé que le placenta était plus petit, foncé et présentait des signes de dégénérescence. Le nombre d'animaux n’est pas spécifié et il n’y a aucune donnée statistique. Il s'agit d'un résumé d'étude. 

Développement prénatal

Études chez l'humain 

Plusieurs études épidémiologiques visant à évaluer les effets de la pollution atmosphérique sur les issues de grossesse sont disponibles dans la littérature scientifique (Salam et al. 2005; Sagiv et al. 2004; Maroziene et al. 2002; Ritz et al. 2002, etc.). Toutefois, leurs résultats ne peuvent être utilisés pour déterminer les effets du dioxyde d'azote sur le développement car la pollution atmosphérique comprend plusieurs contaminants (monoxyde de carbone, ozone, dioxyde de soufre, composés organiques volatils, particules en suspension, etc.). 

 

Études chez l'animal 

 

Gofmekler et al. (1977), cités par Barlow et Sullivan (1982), ont effectué une étude par inhalation chez le rat (0, 0,018, 0,045 et 0,43 ppm; 24 h/j; jours 1 à 21 de la gestation). Une augmentation significative de la mortalité prénatale, une diminution significative du poids corporel et du poids du foie ont été observées à 0,045 et 0,43 ppm. Des anomalies ont été mentionnées mais les informations sont insuffisantes pour permettre l’analyse. Le nombre d'animaux n'était pas spécifié. Il s'agit d'un résumé d'étude

 

Tabacova et Balabaeva (1986) ont rapporté que l’inhalation de dioxyde d'azote par le rat (0, 0,1 et 10 mg/m³; 6 h/j;  pendant toute la gestation) peut augmenter la peroxydation lipidique dans les poumons des mères et dans le placenta. Une augmentation de la mortalité embryonnaire reliée à la dose, une diminution du poids, un retard d’ossification ainsi que des anomalies crâniennes et de l’hydrocéphalie ont été observés. Le nombre d’animaux n’est pas spécifié et il n’y a aucune donnée statistique. Il s'agit d'un résumé d'étude.

 Développement postnatal

Tabacova et al. (1985) ont effectué une étude par inhalation chez le rat (0, 0,05, 0,10, 1,0 et 10 mg/m³; 6 h/j; pendant toute la gestation). Ils ont observé une diminution significative de la viabilité à 10 mg/m³, des changements neurocomportementaux significatifs à 1 mg/m³ mais principalement à 10 mg/m³ ainsi qu'une diminution du développement morphologique externe. Toutefois, aucune donnée concernant les effets sur la mère n’a été rapportée.

 

Nikiforov et Tabacova (1985) ont montré que l’inhalation de dioxyde d'azote par le rat (0, 0,1 et 10 mg/m³; 6 h/j pendant toute la gestation) peut causer une inhibition dose-dépendante du temps de sommeil (induit par l’hexobarbital) et du métabolisme hépatique chez la mère et les ratons âgés de 7, 14 et 21 jours, indiquant un effet sur le métabolisme hépatique. Le nombre d’animaux n’est pas spécifié et il n’y a aucune donnée statistique. Il s'agit d'un résumé d'étude.  

 

Singh (1988) a évalué les effets de l’inhalation chez la souris (0, 22 et 45 ppm; 24 h/j; jours 7 à 18 de la gestation). Aucun signe visible de toxicité maternelle n’a été observé. Il y a eu une diminution significative du poids à la naissance aux deux doses testées. Des modifications significatives ont été observées au niveau de certains réflexes à 22 ppm mais surtout à 45 ppm.

 

Di Giovanni et al. (1994) ont évalué les effets de l’inhalation du dioxyde d’azote sur l’émission des cris par les ratons (0, 1,5 et 3 ppm; 24 h/j; jours 0 à 20 de la gestation). Le gain de poids maternel, le nombre de femelles donnant naissance et la durée de la gestation n’ont pas été affectés. Il n’y a pas eu d’effet sur le nombre de ratons, le gain pondéral, le développement de l’activité motrice, le nombre de cris émis et la mortalité pour les expositions de 1,5 et 3 ppm. Il y a eu une diminution de la durée des cris à 3 ppm. La signification biologique de cette modification demeure incertaine.

Effets sur la reproduction 3 4 18 19

Mise à jour : 2006-06-22

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate des effets sur la reproduction.

Effets sur le système reproducteur

Étude chez le mâle

Aucun changement histopathologique n'a été noté dans les testicules de rats exposés par inhalation (0, 1 ppm; 7 h/j; 5j/sem. pendant 21 jours) (Kripe et Sherwin 1984 cités dans l'INERIS 2005).   

Effets sur la fertilité

Shalamberidze et Tsereteli (1971), cités par Barlow et Sullivan (1982), ont étudié les effets de l’inhalation du dioxyde d’azote sur le cycle oestral de la rate (0, 0,07 et 1,25 ppm; 12 h/j pendant 3 mois). Aucun effet sur le cycle oestral n'a été observé à 0,07 ppm. Il y a eu une augmentation de la durée du cycle oestral à 1,25 ppm, mais avec un retour à la normale plusieurs mois après l’arrêt de l’exposition. Il n’y a aucune donnée statistique.

Ils ont aussi évalué les effets de l’inhalation du dioxyde d’azote sur la fertilité des rates mais les données ne sont pas suffisamment détaillées pour permettre de conclure.  

Effets sur l'allaitement 

Mise à jour : 2006-06-22

  • Il n'y a aucune donnée concernant l'excrétion ou la détection dans le lait.

Cancérogénicité 3 19 20 21 22 23

Mise à jour : 2006-06-21

Évaluation de l'A.C.G.I.H. : Substance non classifiable comme cancérogène pour l'homme (groupe A4).

L'ACGIH (2001) considère le dioxyde d'azote non classifiable comme cancérogène pour l'homme à cause des résultats négatifs obtenus lors des études animales effectuées par inhalation.  

Effets cancérogènes

Études chez l'humain 

Plusieurs études visant à évaluer l'influence de la pollution atmosphérique urbaine sur la formation de tumeurs (particulièrement au niveau du poumon) ont été publiées. Toutefois, leurs résultats ne peuvent être utilisés pour évaluer les effets cancérogènes du dioxyde d'azote à cause entre autres de l'exposition mixte et de divers facteurs confondants. 

Études chez l'animal

Selon diverses sources (DFG 2005, IPCS 1997, INERIS 2005) il n'y a pas d'étude valide, utilisant des protocoles standards permettant d'évaluer le pouvoir cancérogène du dioxyde d'azote. Toutefois, les études disponibles mais présentant des limitations ne fournissent pas d'évidence d'effet cancérogène associé à l'exposition au dioxyde d'azote (DFG 2005). 

Évaluation des autres aspects reliés à la cancérogénicité 

Ichinose et al. (1991) ont exposé des rats à des concentrations de 0, 0,04, 0,4 et 4 ppm de dioxyde de d'azote pendant 17 mois, après qu'ils aient reçu une dose (i.p.) de 500 mg/kg de BHPN (N-bis(2-hydroxypropyl) nitrosamine). Les auteurs ont conclu que le dioxyde d'azote peut promouvoir le développement des tumeurs pulmonaires initiées par le BHPN et que la concentration requise doit être égale ou supérieure à 4 ppm. 

Une seconde étude a été effectuée chez des hamsters (injection s.c. de diéthylnitrosamine 20 mg/kg; 2 fois/sem. pendant 24 semaines; combinée à une exposition par inhalation à 0 et 15 ppm de dioxyde d'azote; 23 h/j; 7 j/sem; pendant 24 semaines. Les auteurs n'ont pas observé d'augmentation de l'incidence des tumeurs pulmonaires avec ou sans initiation (Witschi et al. 1993). 

Mutagénicité3 21 24 25 26 27 28

Mise à jour : 2006-06-21

  • Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet mutagène.

Effet mutagène héréditaire / sur cellules germinales

Étude chez l'animal

Un test d'aberrations chromosomiques sur des spermatocytes de souris exposées par inhalation (0, 0,1, 5, 10 ppm; pendant 6 heures) s'est avéré négatif (Gooch et al. 1977).

Effet sur cellules somatiques

Études chez l'animal

Trois tests ont été effectués sur des cellules pulmonaires de rats et de souris exposés par inhalation.

Isomura et al. (1984) ont obtenu des résultats positifs lors d'un test d'aberrations chromosomiques chez le rat (0, 8, 27 ppm; pendant 3 heures). Un test de bris de brin d'ADN fut négatif chez le rat (0, 1,2 ppm; pendant 3 jours) et positif chez la souris (0, 30 ppm; pendant 16 heures et 0, 50 ppm; pendant 5 heures) (Bermudez et al. 1999; Walles et al. 1995). 

Deux tests utilisant d'autres types de cellules ont donné des résultats négatifs chez la souris exposée par inhalation (aberrations chromosomiques sur des leucocytes et micronoyau sur la moelle osseuse) (Gooch et al. 1977; Victorin et al. 1990). 

Études in vitro

Trois tests de bris de brin d'ADN ont donné des réponses positives (fibroblastes pulmonaires de hamster chinois, macrophages alvéolaires de souris).  

Deux tests d'échange de chromatides sœurs et un test d'aberrations chromosomiques se sont avérés positifs (fibroblastes pulmonaires de hamster chinois) 

Une étude de mutation génique a donné une réponse négative (cellules Don de hamster chinois). 

Références

  • ▲1.  France. Institut national de recherche et de sécurité, Fiche toxicologique no 133 : Monoxyde d'azote. Peroxyde d'azote. Cahiers de notes documentaires. Paris : INRS. (2006). [RE-005509]   http://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox.html
    http://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_133
  • ▲2.  O’Neil, M.J., Smith, A. et Heckelman, P.E., The Merck index : an encyclopedia of chemicals, drugs, and biologicals. 13th ed. Cambridge, MA : Cambridge Soft; Merck & CO. (2001). [RM-403001]
  • ▲3.  Deutsche Forschungsgemeinschaft. Kommission zur Prüfung Gesundheitsschädlicher Arbeitsstoffe, Occupational toxicants : critical data evaluation for MAK values and classification of carcinogens. Weinheim; New York : VCH. (1991-). [MO-020680]   www.wiley-vch.de
    www.mak-collection.com
    http://onlinelibrary.wiley.com/book/10.1002/3527600418/topics
  • ▲4.  Barlow, S.M. et Sullivan, F.M., Reproductive hazards of industrial chemicals : an evaluation of animal and human data. London (Toronto) : Academic Press. (1982). [RM-515020]
  • ▲5.  Singh, J., «Nitrogen dioxide exposure alters neonatal development.» Neurotoxicology. Vol. 9, no. 3, p. 545-550. (1988). [AP-024249]
  • ▲6.  Tabacova, S., Nikiforov, B. et Balabeva, L., «Postnatal effects of maternal exposure to nitrogen dioxide.» Neurobehavioral Toxicology and Teratology. Vol. 7, p. 785-789. (1985). [AP-031196]
  • ▲7.  Di Giovani, V. et al., «Alterations in the ontogeny of rat pup ultrasonic vocalization produced by prenatal exposure to nitrogen dioxide.» Psychopharmacology. Vol. 116, no. 4, p. 423-427. (1994). [AP-053284]
  • ▲8.  Gofmekler, V. A. et al., «The embryotropic action of nitrogen dioxide and a complex of atmospheric pollution.» Gigiena I Sanitariia. Vol. 42, no. 12, p. 22-27. (1977). [AP-040678]
  • ▲9.  Tabacova, S. M. et Balabaeva, L., «Nitrogen dioxide embryotoxicity and lipid peroxidation.» Teratology. Vol. 33, no. 2, p. 58A. (1986). [AP-040675]
  • ▲10.  Nikiforov, B. et Tabacova, S., «Drug metabolism in NO2-treated female rats and their generation .» Teratology. Vol. 32, p. 30A. (1984).
  • ▲11.  Stephens, R. J. et al., «Postnatal tolerance to NO2 toxicity.» Experimental and Molecular Pathology. Vol. 37, no. 1, p. 1-14. (1982). [AP-050138]
  • ▲12.  Ritz, B. et al., «Ambient air pollution and risk of birth defects in Southern California.» American Journal of Epidemiology. Vol. 155, no. 1, p. 17-25. (2002).
  • ▲13.  Salam, M., Millstein, J. et Li, Y., «Birth outcomes and prenatal exposure to ozone, carbon monoxide, and particulate matter : results from the children's health study.» Environmental Health Perspectives. Vol. 113, no. 11, p. 1638-1644. (2005).
  • ▲14.  Maroziene, L et Grazuleviciene, R, «Maternal exposure to low-level air pollution and pregnancy outcomes : a population-base study.» Environnemental Health . Vol. 1, no. 6. (2002).
  • ▲15.  Sagiv, S et al., «Air pollution and risk for preterm in Pennsylvania, 1997-2001 : a time series approach .» American Journal of Epidemiology. Vol. 159, p. S84. (2004).
  • ▲16.  Tabacova, S, Baird, D et Balabaeva, L, «Exposure to oxidized nitrogen : lipid peroxidation and neonatal health risk .» Archives of Environmental Health. Vol. 53, no. 3, p. 214-221. (1998). [AP-052993]
  • ▲17.  Tabacova, S. M. et Balabaeva, L., «Nitrogen dioxide embryotoxicity and lipid peroxidation.» Teratology. Vol. 38, no. 2, p. 29A. (1988).
  • ▲18.  Shalamberidze, O. P. et Tsereli, N. T., «Effect of small concentrations of sulfurous gas and nitrogen dioxide on the estral cycle and the genital function of animals in experiments.» Gigiena I Sanitariia. Vol. 36, no. 8, p. 13-17. (1971).
  • ▲19.  Institut national de l'environnement industriel et des risques (INERIS), Fiche de données toxicologiques et environnementales des substances chimiques. Oxydes d'azote NOx. (2005).   http://www.ineris.fr/ Dans Rapports d'étude, Toxicologie et environnement, Fiche de données
  • ▲20.  American Conference of Governmental Industrial Hygienists, 2019 TLVs® and BEIs® : threshold limit values for chemical substances and physical agents and biological exposure indices. Cincinnati (OH) : ACGIH. (2019). [NO-003164]   http://www.acgih.org
  • ▲21.  International Programme on Chemical Safety, Environmental Health Criteria 188: Nitrogen Oxides. 2nd ed. Genève : World Health Organization. (1997). EHC188.   http://www.inchem.org/documents/ehc/ehc/ehc188.htm
  • ▲22.  Witschi, H., Breider, M.A. et Schuller, H.M., Failure of ozone and nitrogen dioxide to enhance lung tumor development in hamsters. HEI Research Report Number 60. Health Effects Institute Research. (1993). [MO-007466]
  • ▲23.  Ichinose, T, Fujii, K et Sagai, M, «Experimental studies on tumor promotion by nitrogen dioxide .» Toxicology. Vol. 67, p. 211-225. (1991). [AP-035594]
  • ▲24.  Isomura, K. et al., «Induction of mutations and chromosome aberrations in lung cells following in vivo exposure of rats to nitrogen oxides.» Mutation research. Vol. 136, no. 4, p. 119-125. (1984). [AP-020673]
  • ▲25.  Victorin, K. et al., «Genotoxic activity of 1,3-butadiene and nitrogen dioxide and their photochemical reaction in Drosophila and in the mouse bone marrow micronucleus assay.» Mutation Research. Vol. 228, no. 2, p. 203-209. (1990). [AP-049887]
  • ▲26.  Gooch, P. C. et al., «Observations on mouse chromosomes following nitrogen dioxide inhalation.» Mutation Research. Vol. 48, no. 1, p. 117-120. (1977). [AP-049886]
  • ▲27.  Walles, S, Victorin, K et Lundborg, M, «DNA damage in lung cells in vivo and in vitro by 1,3-butadiene and nitrogen dioxide and their photochemical reaction products.» Mutation Research. Vol. 328, p. 11-19. (1995). [AP-053285]
  • ▲28.  Bermudez, E et al., «DNA strand breaks caused by exposure to zone and nitrogen dioxide .» Environmental Research. Vol. 81, no. Section A, p. 72-80. (1999).

La cote entre [ ] provient de la banque Information SST du Centre de documentation de la CNESST.